Elan de Conscience - Evolution & Spiritualité

De l'Intelligence Emotionnelle à l'Amour Inconditionnel

Psycho-conscience
19 Janvier 2017
2

DE L'INTELLIGENCE EMOTIONNELLE à l'AMOUR INCONDITIONNEL

Comment fait-on pour passer d'une réaction émotionnelle à l'intelligence émotionnelle et de cette intelligence émotionnelle à l'Amour inconditionnel ?

Cet article est destiné à vous apporter des clés de compréhension pour vivre en conscience ses émotions.

De plus, il vous permet d'identifier les étapes progressives pour passer de notre centre émotionnel inférieur, (lié à la dualité terrestre), à la distanciation pour nous éléver vers notre centre émotionnel supérieur : celui qui permet d'éprouver de grands sentiments inconditionnels totalement désinteressés d'un objet ou d'une personne. Ces grands sentiments sont purs et sont des composantes d'unification à notre être divin.

Pour comprendre ce cheminement de conscience, il est nécessaire tout d'abord d'entrer par la porte de la connaissance de soi et le fonctionnement des centres émotionnels

 

LA CONNAISSANCE DE SOI

Commençons par parler de nos centres émotionnels. Nous en distinguons deux.

Le centre émotionnel supérieur :

Nous sommes dotés d'un centre émotionnel supérieur qu'il s'agit de redécouvrir, réouvrir, développer ou de fortifier

Ce centre nous permet d'éprouver des sentiments durables et profonds tels que LA JOIE, LA COMPASSION, LA RECONNAISSANCE, LA FOI, L'ESPERANCE, LA PAIX, L'AMOUR...

Prenons l'exemple de l'Amour avec un grand "A", l'Amour-Lumière. 

Il est inconditionnel au plan supérieur, c'est à dire totalement déconditionné, désintéressé, non lié à un objet ou une personne.

 

Le centre émotionnel inférieur :

Nous sommes aussi dotés d'un centre émotionnel inférieur ou dit "ordinaire" et vivons des émotions fugaces à travers lui. L'amour à partir de ce centre inférieur est spécifique à la condition humaine : personnifié, souvent attaché, parfois exclusif, possessif ou encore maladif et donc lié à un objet ou une personne.

 

LA RECONNAISSANCE EN SOI

Les émotions du centre inférieur :

Il faut peu de choses pour faire jaillir en soi une émotion de basse vibration :

  • soit une intervention extérieure où l'autre s'oppose (non autorisation d'une personne, contradiction, critique, indifférence de quelqu'un...)

  • soit en fonction de nos idées, nos pensées, nos jugements, nos propres décisions ...

Les exemples abondent chaque jour de situations qui nous agacent ou nous déstabilisent et cette réaction intérieure n'est que le fruit d'une impression, d'une perception entrée dans notre champ de vision limité, là où nous posons et pointons notre regard (vue de l'esprit réduite) avec notre bavardage mental et nos croyances illusoires incrustées.

Tout ce qui arrive extérieurement et intérieurement peut être susceptible de nous apporter l'illusion de faits et d'effets négatifs d'où jaillissent des émotions de basses fréquences.

 

LA CONSCIENCE DE SOI

La Psychologie Essentielle au service de notre bien-être :

Même si nous ne voulons pas spécialement nous laisser "emporter" par cette vague fluctuante, la réactivité émotionnelle s'empare parfois de nous. Notre éducation, notre culture ne nous ont pas donné des repères et appris la maitrise et la conscience de nos émotions.

Comment faire pour sortir de la réactivité émotionnelle et basculer vers l'intelligence émotionnelle ?

Voic 6 étapes clés dans un processus conscient

1. L'Immobilité :

L’immobilité physique engendre l'immobilité émotionnelle : Si nous voulons sortir de l'identification émotionnelle et de sa réaction, nous devons nous réapproprier notre corps physique et être à son écoute. Pour l'écouter, l'immobilité corporelle est un moyen pour observer et  percevoir nos remous émotionnels. Il s'agira de cesser l'agitation physique et par ce moyen de créer un contact puis une distance avec l'émotion à vivre.

 

2. Nommer - identifier l'émotion puis observer ce qui se passe en soi en présence :

Nommer et identifier l’émotion : Quelle émotion suis-je en train de vivre ? Quelles réactions je met en place durant cette remontée ?

Observer l’émotion qui s'installe dans les plans : physique, émotionnel et mental

Que se passe t-il en soi exactement ?

Est-ce que l'émotion s'empare de moi totalement ? (pouvoir et accaparement psychique)

Est-ce je retiens l'émotion quand elle monte en moi ? (déni d'expression)

Est-ce que je panique et m'emballe à sa survenue ? (peur ajoutée)

Est-ce que je laisse vivre l'émotion en moi ? ...

Que l'émotion soit réveillée par des circonstances extérieures ou qu'elle jaillisse en nous de manière intempestive et inconsciente, l'observation des émotions qui s'élévent à notre conscience permet de nettoyer une part de nous blessée antérieurement, une mémoire qui a besoin d'être libérée.

L'intelligence émotionnelle consiste à observer ce qui se passe dans les 3 plans suivants pour ne pas vivre continuellement et inconsciemment une situation d'enfermement et/ou de prise émotionelle : cesser de lutter, se crisper ou d'être "collé" à l'émotion en pensant " être " cette émotion (identification) et s'en libérer progressivement.

  • Au plan intellectuel/mental : Quelle est l'activité et l'orientation de ma pensée, des représentations, des concepts, des idées qui me traversent l'esprit durant la situation vécue ?
  • Au niveau du siège émotionnel : émotions, sentiments, désirs. Quelles sont les émotions déclenchées en moi ? S'agit il de la tristesse, la colère, la haine, la peur, la rancune ... ?
  • Au plan physique :  fonctions innées, automatiques, instinctives : Y-a t-il des modifications ponctuelles ou prolongées au plan respiratoire, circulatoire, au niveau de la digestion, du métabolisme, des 5 sens lorsque je vis une telle émotion ?

                          : fonctions motrices et mouvements externes : Existe t-il des désordres ponctuels ou prolongés au niveau de ma posture, locomotion, ma parole, le ton de ma voix, ma manière d'écrire, de mastiquer les aliments dés lors qu'une émotion se révèle à moi ?

                       : fonctions sexuelles et énergie : Existe t-il des désordres ponctuels ou prolongés au niveau de ma libido, ma capacité de conservation, de reproduction (stérilité) ?

 

Prenons l'exemple de la colère : contre soi ou contre les autres entrainant de la honte et de la culpabilité

  • Au plan intellectuel : les pensées générées peuvent être des pensées brouillées, agitées, changeantes, dures, cassantes, empreintes de méchanceté, de vengeance ...
  • Au plan émotionnel : il est identifiée et reconnue une colère et une forme d'agressivité

  • Au plan physique : des manifestations sont ressenties comme un corps tendu, crispé, une gestuelle agitée, un débit rapide de la parole, une voix forte, le sang qui monte à la tête, un cœur en accélération, les mâchoires serrées ...

Avons-nous sincérement envie de continuer à vivre incessamment ces causes et conséquences sur ces 3 plans ou souhaitons-nous trouver une stabilité émotionnelle et plus d'harmonie ?

 

3. La Distanciation et la dés identification de l'émotion présente

Comprendre l'identification :

Si je suis identifié, je ne peux plus observer : il se crée un effet " rideau " et un masque avec la non-visibilité de ce qui se joue en soi.

Quand nous sommes trop identifiés, il est impossible de sortir de l'émotion.

Aussi, dés que je suis triste, je deviens " la tristesse " en totalité ! Je suis alors prisonnier de l'émotion et devient complétement fragmenté.  

Je ne suis plus cette Unité par nature, je deviens totalement identifié et fragmenté au " petit moi " auquel je crois ...

 

Les petits « moi » :

Il est indispensable de reconnaitre le " petit moi " (part blessée) colérique, déprimé ou peureux en pleine réaction. On pourrait presque donner un nom à ce " petit moi " pour s'en extraire en parlant à la 3ieme personne et en remplaçant le "JE " par  un " IL " :

" Il est en colère ", " Cheval fou est en colère ! "

Ce que j'observe là ce n'est pas MOI au complet mais une partie blessée qui réagit, un " petit moi " fragmenté.

 

De la personnalité à l'unification spirituelle :

La personnalité au sens large est la globalité de ce que l’être humain a développé à travers son éducation, sa culture, ses expériences, ses facultés au sein de la condition humaine …

La personnalité au sens "éclairée " désigne  la partie dite " lumineuse " : qualités innées, talents, facilités…

La personnalité fausse désigne ce qui fourvoie l'humain : idées fausses sur les êtres et les choses (jugement, critique), émotions de basses vibrations : peurs, orgueil, frustrations …

Elle est composée de petits « moi » : des fragments qui constituent nos parts blessées, qui, si elles ne sont pas conscientisées et réparées vont  créer une IMAGE DE SOI défaillante et nous polluer l'existence.

Les " petits moi " agissent de façon autonome et nous dirigent à tour de rôle :

  • le moi jaloux

  • le moi plaintif

  • le moi colérique

  • le moi dominant

  • le sous moi

Chaque humain, dans une vision réduite de la troisième dimension, pense uniquement évoluer à travers sa personnalité.

Il n’en est pourtant rien car pour évoluer il s’agit de nourrir son ESSENCE en intégrant de manière consciente les éléments de sa personnalité éclairée tout en se libérant des caractéristiques de la fausse personnalité (celle qui déploie des vibrations basses liées à nos blessures).

Pour donner naissance au " MOI SUPERIEUR ", SA CONSCIENCE DIVINE, CELLE QUI RELIE AUX GRANDS SENTIMENTS DU CENTRE EMOTIONNEL SUPERIEUR, il nous est possible d'entrer dans ce processus conscient pour nous alléger, nous réparer, nous éclairer et nous unifier.

 

Prendre de la distance, se dés identifier : être en état de Vigilance

Il s'agit alors de réussir à faire un " pas de côté " pour prendre de la distance et s'extraire de l'émotion pour se regarder faire et être.

La Solution est bien de se distancier du rôle d'acteur que l'on joue pour devenir un témoin de notre mauvais jeu : se situer en dehors de son émotion. " Je vis l'émotion mais je ne suis pas cette émotion "

 

4. La non manifestation & non projection. Le non refoulement & la non impression

La non manifestation de la nocivité : Si l'émotion est reconnue, nommée et à traverser (la laisser exister), nous n'avons pas à en ajouter par la victimisation et le déploiement supplémentaire d'une énergie de basse fréquence : manifestation agressive ou plaintive du "petit moi" vers soi ou en projection sur les autres. L'émotion n'est pas le pretexte à un défouloir pour se polluer ou polluer les autres (claquer une porte, crier sur quelqu'un, se lamenter...)

Cette non manifestation évite de perdre de l’énergie, d’être en souffrance, de tomber malade.

Une manifestation nocive fabriquée par l'humain au-delà de l'émotion elle-même (emportement égotique) et effectuée de façon répetée nous met dans un état réactif et mécanique de la fausse personnalité, l’aspect le plus vieux du " petit moi " . La personne reste collée dans des « espaces poubelles », là où ne se situe pas de conscience élevée de soi-même et là où il n'y a pas de rapprochement de son Essence.

Avons nous envie de souffrir indéfiniment et de faire souffrir autour de nous ? Lors d'une dispute entre 2 personnes, la colère peut engendrer une cascade d’évènements où chacun veut monter la voix plus haut que l’autre et faire empirer la situation : le plus intelligent est celui qui aura la force d’arrêter l’expression négative, stopper cette mécanique !

Attention également au risque de refoulement : Il n'est pas question nonplus de refuser, nier ou refouler l'émotion si elle se revèle à notre conscience. Elle ne doit pas finir par nous ronger intérieurement (encore une source de pollution intérieure)

 

5. L'action physique

S'il y a une forme de défoulement possible, c'est en entrant dans une action physique pour recycler un trop plein d'énergie négative intelligemment.

En passant par l'activité physique, la grosse quantité d'énergie peut être canalisée et transmutée pour évacuer et en faire quelque chose de constructif : ménage, sport avant de revenir au calme intérieur (esprit clair)

 

6. La réflexion : rétrospective et anticipation

Réfléchir à nos émotions passées, aprés coup : Comment aurai-je pu réagir autrement dans telle situation ?

Cet exercice est intéressant quand une émotion est récurrente, que nous n'arrivons pas à la maitriser en présence, elle nous gache l'instant : il suffit de revoir l’évènement à rebours et de repasser le film avec le scénario juste.

Emprunter de nouveaux chemins de pensées : Je revisionne la situation qui pose problème et je m’imagine réagir autrement. En adoptant une attitude inhabituelle, je créer dans mon cerveau de nouveaux circuits synaptiques, neuronaux.

Nos émotions empruntent toujours les mêmes " autoroutes " dans le cerveau donc revenir sur le scénario et changer le dénouement d'une histoire permet de prendre d’autres voies et chemins de pensées. Cette technique donne l'opportunité de réagir autrement les fois prochaines. L’exercice doit se faire avec suffisamment d’intensité et de répétition pour être efficace !

Il est également conseillé, pour ceux qui ont des problèmes d’endormissement et ont tendance à trop penser, de revisionner l'évenement de la dernière situation jusqu’à la première situation avec les adaptations adéquates pour mener jusqu'au sommeil tranquille et apaisé...

 

L'anticipation : de la plainte à la compassion - de la peur à la confiance en soi

Il est également possible d'actionner le futur par une projection mentale et émotionnelle : Cet exercice consiste donc à anticiper, à s’imaginer à l’avance comment faire au mieux pour maitriser une situation et ne pas s'emporter ou fondre émotionnellement : placement dans l’anticipation d’une situation où le risque de mal réagir est prévisible et se replacer dans un chemin de pensées qui va être adéquat pour soi pour obtenir la situation attendue (exemple de la peur de parler en public en vue d'un examen avec prise de paroles..)

 

LA MAITRISE ET L'HARMONISATION DE SOI

Pour éprouver de grands sentiments nous devons désaturer notre centre émotionnel inférieur et faire fonctionner notre centre supérieur

Au fur et à mesure de ce débarras d’émotions basses, des sentiments lumineux peuvent se manifester : paix intérieure, joie, espérance, passion véritable hors objet, enthousiasme, émerveillement, tendresse, gratitude, respect, humilité dans sa grandeur, compassion…

Ces grands sentiments ne sont pas des émotions fugaces mais sont des états durables. Ils sont inconditionnels et nous donnent de la force pour passer à l’action.

 

Merci pour votre lecture !

Partagez cet article et laissez-moi un commentaire 

Pour vous aider dans votre cheminement spirituel ...

Avec toute ma gratitude 

Anna Yaevah

http://www.elan-de-conscience.com

A propos de l'auteur

Anna Yaevah

Anna Yaevah


Anna Yaevah  : Révélatrice de Conscience et Messagère Intuitive - Auteure - Conférencière - Coach/Formatrice en Croissance Personnelle & Spirituelle


2 commentaires

@

Ces articles peuvent vous intéresser

9 explications significatives pour ne pas tomber dans l'orgueil !

Qu'est ce qu'un comportement orgueilleux et quelles sont les conséquences pour le porteur d'orgueil comme pour son entourage......

Lire la suite

Lâcher prise pour sortir d'une situation difficile, s'apaiser et s'harmoniser

Le Lâcher prise pour être heureux : Sortir des résistances, du mode combat, de l'acharnement, de trop d'exigences qui nous desservent lorsqu'il n'...

Lire la suite

Déclaration pour l'être aimé ...

Cette vidéo est un éloge à l'Amour pour celui ou celle qui souhaite passer un message romantique à l'être aimé. Partagez ce message avec vos aimé...

Lire la suite

L'Amour - notre nature profonde : un sujet fort, prioritaire, un idéal, une raison de vivre sur terre …

L’Amour est roi. Il est légion. L’Amour est le prisme et le culte du Bien. Il est l’éternelle harmonie. L’Amour est l’ultime fondement de l’Existence ...

Lire la suite
UA-82429057-1